Vous vous souvenez tous de ce roman de 1948, 1984 écrit par George Orwell, où le célèbre Big Brother surveille tout et tout le monde ! Et il faut croire que George Orwell connaissait notre futur.

Aujourd’hui, c’est donc deux entreprises très connues et très dominantes dans leur marché qui sont à l’origine de cette métaphore sur 1984. Apple et Google auraient introduit un système de tracking (ou traçage en français) des utilisateurs dans leurs smartphones.

Commençons par Apple ! Deux experts en informatiques, Aladstair Allan et Pete Warden, ont découverts l’existence d’un fichier nommé « consolidated.db » . Introduit dans la version 4 de iOs, ce fichier caché enregistre l’emplacement de votre iPhone/iPad/iPod Touch à intervalle régulier.

Ces deux experts ont créé un petit logiciel sur Mac OS X, iPhone Tracker, qui permet de révéler sur une carte les données de ce fichier caché.

Après la découverte de ce fichier, une polémique a gagné les utilisateurs de produits Apple, et c’est le PDG de la marque, Steve Jobs, qui a tenu à répondre à l’un de ses clients :

Questions : Steve,

Pouvez-vous expliquer la nécessite du traçage passif introduit dans mon iPhone ? C’est énervant de savoir que ma localisation est enregistré en permanence. Peut-être pourriez-vous m’éclairez un peu avant que je ne change mon iPhone pour un Android. Eux, ils ne me « trackent » pas.

Réponse : Oh que si, ils le font. Nous ne « trackons » personne. L’information qui circule à ce sujet est fausse.

Vous le croyez ?? Moi non, cette réponse ne prouve rien du tout et n’explique pas non plus la présence de fichier caché.

 

Bref passons à la concurrence : Google, qui se défend bien mieux qu’Apple sur ce cas. Selon l’entreprise de Mountain View, Oui, Android enregistre des données, mais il le fait avec le consentement de l’utilisateur, et cela pour une durée limitée à environ une semaine.

Google fournit aux utilisateurs les informations et les outils de contrôle sur la collecte, le partage et l’usage de leur localisation afin de leur offrir une meilleure expérience sur leurs téléphones Android ». « A cet effet, certaines données liées à leur localisation sont stockées sur le téléphone lui-même pour un temps limité »

Grosso-modo, si vous avez donné votre accord pour utiliser un service de géo-localisation sur votre téléphone Android. Alors les données correspondantes seront stockées sur votre téléphone.

 

Pour finir ce parallélisme entre Google et Apple, l’un des deux informaticiens qui a révélé l’existence du tracking des iPhones, Pete Warden, déclare sur son compte twitter :

« Android enregistre les 50 dernières localisations et c’est difficile d’y accéder – c’est ce que nous nous attendions à trouver pour l’iPhone, pas qu’il y en ait 30 000 et que ce soit non protégé ».

Apple corrigera surement le problème dans une prochaine mise à jour, mais cette erreur de communication restera un peu plus longtemps dans l’esprit de ses consommateurs.